Arras

L’ÉCOSSE SE SOUVIENT D’ARRAS

La bataille d’Arras est celle qui a réuni la plus grande concentration de troupes écossaises au cours d’une seule bataille de toute la Première Guerre mondiale.

L’Écosse va jouer un rôle essentiel lors des commémorations internationales du dimanche 9 avril à l’occasion d’une messe au Cimetière militaire du Faubourg d’Amiens à 9 h 30, dirigée par le Modérateur de l’Assemblée générale de l’Église d’Écosse. L’Harmonie du Royal Regiment of Scotland mènera une parade militaire sur la Place des Héros à 19 h 45.

Organisées par WW100 Scotland, en partenariat avec Legion Scotland et en association avec la Commonwealth War Graves Commission, les musiques du Royal Regiment of Scotland et des Royal Marines, les commémorations seront placées sous le signe de la jeunesse. La chanteuse égérie de Legion Scotland, Amy Hawthorn, chantera les hymnes des nations présentes lors de la messe d’Arras. Soixante-douze écoliers seront présents, représentant chaque autorité locale écossaise. Ils seront rejoints par un nombre égal d’élèves de France et du Canada ainsi que par 12 cadets de l’armée en provenance de toute l’Écosse.

La bataille d’Arras, qui s’est déroulée du 9 avril au 16 mai 1917, faisait partie d’une offensive planifiée par les forces britanniques et françaises. Sur les 120 bataillons composant les 10 divisions britanniques, 44 étaient écossais. Les pertes moyennes quotidiennes s’élevaient à 4 076 soldats, un chiffre beaucoup plus élevé que lors de la bataille de la Somme ou de la troisième bataille d’Ypres. Sur un total d’environ 159 000 victimes, les troupes écossaises ont perdu environ 18 000 hommes dans cette bataille.

Fiona Hyslop, Secrétaire chargée de la Culture, du Tourisme et des Affaires extérieures du gouvernement écossais a déclaré :

« La bataille d’Arras revêt une importance phénoménale dans le calendrier des commémorations de l’Écosse. Quarante-quatre bataillons écossais et sept bataillons canadiens écossais ont pris part aux combats, la plus forte concentration de troupes écossaises au cours d’une seule bataille de toute la Première Guerre mondiale. »

« À l’époque, les pertes ont eu des répercussions dévastatrices sur les personnes restées au pays. Elles trouvent encore aujourd’hui un écho dans la mémoire collective. Je suis profondément touchée de voir nos jeunes participer à cette commémoration, et faire en sorte que les générations futures n’oublient pas les horreurs et la peine causées par la guerre. »

FREE USAGE Alisdair Hutton, narrator for the royal edinburgh military tattoo, who's grandfather was gravely injured but survived the battle of Arras, was joined by singer Amy Hawthorn, young members of Cockenzie and port seaton pipes and drums Euan Williamson 13 and Carys Grieve 13 and cadets connor Mullen 14, Melissa Rodger 14 and Kimberley Dougal 16 from Glasgow and Lanarkshire Battalion Army cadet force as ww100 scotland launched it's commemorations at Edinburgh castle. PICTURES  - michael boyd
Alasdair Hutton

Alasdair Hutton, qui sera orateur au cours de la Retraite aux tambours à Arras, se souvient :

« Mon grand-père, George Hutton, a laissé la florissante entreprise familiale de Gallowgate à Glasgow lorsqu’il est parti, à 37 ans, pour Arras avec le 9e bataillon des Royal Scots. Il a été très gravement blessé au dos sur la crête de Vimy par un éclat d’obus au premier jour de la bataille, mais il a pu bien récupérer avec le temps. »

« Il n’a jamais parlé à la famille des horreurs qu’il a vécues ce jour-là, ou de la guerre elle-même, et je ne peux qu’à peine imaginer ce qu’il a dû ressentir en laissant derrière lui sa jeune famille pour partir vers l’inconnu à Arras. Il a fait partie des plus chanceux. »